13.10.2017, 00:01  

Airbnb gagne encore du terrain en Suisse

Abonnés
chargement
Plus d’un quart des 80227 lits proposés en Suisse par Airbnb  (30% de l’offre hôtelière totale) se trouvent en Valais.

 13.10.2017, 00:01   Airbnb gagne encore du terrain en Suisse

Par par rachel richterich

les chiffres donnent le vertige: en une année, l’offre de logements disponibles à la location sur Airbnb a augmenté de plus de 60% et frôle désormais les 30 000 objets, selon les statistiques à fin juin, publiées hier par l’Observatoire valaisan du tourisme (Tourobs). Elle a même quintuplé depuis 2014, quand le centre de recherches de la HES-SO a...

les chiffres donnent le vertige: en une année, l’offre de logements disponibles à la location sur Airbnb a augmenté de plus de 60% et frôle désormais les 30 000 objets, selon les statistiques à fin juin, publiées hier par l’Observatoire valaisan du tourisme (Tourobs). Elle a même quintuplé depuis 2014, quand le centre de recherches de la HES-SO a commencé à suivre l’évolution du phénomène.

La plateforme de location de logements regroupe désormais 30% de l’offre hôtelière totale, contre 25% six mois plus tôt. «Cela représente 80 227 lits, dont plus d’un quart se trouvent en Valais», indique Roland Schegg, membre de l’équipe de Tourobs. Dans ce canton, la proportion de lits Airbnb par rapport à l’hôtellerie traditionnelle est passée de 57% à 73% entre décembre et juin. «C’est étroitement lié à la part de résidences secondaires, qui atteint près de 100 000 objets dans la région», poursuit le chercheur.

Des propositions sous le manteau

On peut relever encore que 90% des objets qui y sont loués sont des logements entiers, plus simple à faire quand il s’agit d’une maison de vacances et non du logement dans lequel on vit. Dans les cantons de Vaud, Genève, Fribourg et Neuchâtel, l’offre d’Airbnb par rapport à celle des hôtels atteint respectivement 38%, 31%, 28% et 27%.

Ces chiffres n’alarment pas pour autant les professionnels de l’hôtellerie. «Ce développement n’est pas vraiment nouveau, la parahôtellerie a toujours existé», relève Armin Hartlieb, chargé de projet pour la politique économique d’hotelleriesuisse. «Lorsqu’en 2003, la Confédération a cessé de recenser l’offre parahôtelière, celle-ci représentait autant de nuitées que l’hôtellerie traditionnelle», poursuit le représentant de la faîtière de la branche.

Il renvoie en outre aux propos de son président Andreas Züllig, dans la «Solothurner Zeitung» d’hier, qui note que certaines offres existaient déjà, «proposées jusqu’à présent sous le manteau ou sur des sites de petites annonces, elles migrent toujours plus vers la plateforme.»

Les pros d’Airbnb

En revanche, ce qui cause davantage d’inquiétude, c’est le fait que de plus en plus de professionnels utilisent la plateforme, signale Armin Hartlieb. En un an, la proportion de loueurs administrant plus de dix logements sur Airbnb est passée de 6% à 15%, tandis que la part d’hôtes qui ne proposent qu’un objet à la location tend à diminuer (de 62% à 57%), et onze bailleurs louent plus 100 objets (ce sont les superhosts), selon les chiffres publiés par Tourobs. Ces professionnels sont entre autres des sociétés de location d’appartements de vacances – y compris la Migros via Interhome qui appartient à sa filiale Hotelplan, comme le relevait récemment la «Handelszeitung» – ou encore de jeunes entreprises créées dans le sillage d’Airbnb, spécialisées dans la location d’appartements sur la plateforme.

«Ces concurrents représentent un danger, car ils font du bénéfice, sans se plier aux mêmes contraintes que les hôteliers traditionnels», critique Armin Hartlieb. Que ce soit en termes de respect des normes de sécurité, ou de prélèvement des taxes de séjour. La faîtière s’en remet au politique et aux interventions parlementaires. «Ce phénomène multibailleur croît, il devrait encore gagner en importance», observe Roland Schegg, «petit à petit, Airbnb devient une plateforme pour les professionnels.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top