19.06.2017, 00:01  

Le règlement sur la gestion des déchets accepté

Abonnés
chargement

 19.06.2017, 00:01   Le règlement sur la gestion des déchets accepté

Par nof

Le nouveau règlement sur la gestion des déchets d’Hérémence a été accepté par l’assemblée primaire avec quatre abstentions. Le règlement actuel datait de 1984 et n’avait jamais été réactualisé – si ce n’est une prise en compte de l’indexation au coût de la vie. Le service n’étant pas autofinancé, les impôts ordinaires couvraient le déficit. «C’est vrai qu’il est...

Le nouveau règlement sur la gestion des déchets d’Hérémence a été accepté par l’assemblée primaire avec quatre abstentions. Le règlement actuel datait de 1984 et n’avait jamais été réactualisé – si ce n’est une prise en compte de l’indexation au coût de la vie. Le service n’étant pas autofinancé, les impôts ordinaires couvraient le déficit. «C’est vrai qu’il est toujours délicat de demander un effort financier aux citoyens mais nous mettre aux normes est une nécessité d’ici à l’entrée en vigueur de la taxe au sac au premier janvier 2018», a souligné Karine Sierro-Masserey, présidente de la commune. Le modèle choisi est une taxe annuelle qui comprend un montant fixe de base et l’ajout d’un coefficient lié au nombre de pièces au sein du ménage. «C’est la base la plus équitable selon l’exécutif», a ajouté Ludovic Richiedei, conseiller chargé du dicastère des cours d’eau, voirie, déchetterie et environnement.

Après la présentation du règlement proposé, plusieurs questions ont été posées par l’assemblée, notamment par les propriétaires de deux résidences dans la commune. «Pour une équité de traitement et le respect du principe de pollueur-payeur, ces derniers devront s’acquitter deux fois de la taxe», a répondu le conseiller chargé du dossier.

Des comptes «satisfaisants»

Les citoyens d’Hérémence ont, par ailleurs, aussi accepté à l’unanimité moins une abstention les comptes de l’année 2016. «L’exercice est satisfaisant malgré la baisse de nos revenus liés à l’énergie hydroélectrique. Près de la moitié du budget communal dépend de ce secteur énergétique. Les discussions à Berne autour de la nouvelle réglementation sur les redevances hydrauliques ne sont pas de bon augure pour les communes concédantes, c’est donc un dossier qui nous inquiète et que l’on suit de près», précise la présidente.

nof


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top